Créée il y a près de 80 ans, la lampe Anglepoise est sans conteste un véritable classique du design britannique.

Conçue par l’ingénieur automobile George Carwardine, la lampe Anglepoise est basée sur une innovation majeure lui permettant de garder la position donnée par l’utilisateur sans manipulation supplémentaire.

Un accident

Alors que beaucoup d’inventeurs se tuent à essayer de trouver des idées ingénieuses, Carwardine a inventé sa lampe Anglepoise par accident. Elle est en effet le sous-produit d’une invention antérieure.
Le process habituel d’une invention passe par la recherche d’une solution visant à résoudre une contrainte. Dans le cas de la lampe Anglepoise, l’inventeur a cherché une contrainte à résoudre grâce à une solution, soit exactement l’inverse…

George Carwardine (1887-1948), était un ingénieur automobile qui a développé des systèmes de suspension pour les véhicules. Il aimait à bricoler les ressorts dans son atelier. Durant ses expériences, Carwardine a conçu un système pouvant être déplacé facilement dans toutes les directions et gardant la dernière position donnée.

Il fit breveter son invention le 7 Juillet 1932 et se mit à lui chercher une application pratique.
Carwardine a finalement trouvé un emploi adapté à son invention avec une lampe qui, soutenue et équilibrée par un ingénieux système de ressorts, pourrait être repositionnée en permanence pour diriger la lumière dans des directions spécifiques. L’Anglepoise était née…

Inspiré par le principe de tension constante des membres du corps humain, Carwardine a développé une lampe qui pourrait être à la fois flexible et stable, comme un bras humain. Il a conçu une base suffisamment lourde pour stabiliser la lampe, et un abat-jour qui pourrait concentrer le faisceau sur des points précis, sans éblouir. Ce faisceau focalisé permit l’utilisation d’une ampoule d’intensité plus faible et donc une consommation d’électricité réduite par rapport aux modèles de l’époque.

Carwardine a initialement destiné sa lampe à l’éclairage de son usine, mais il s’est vite rendu compte qu’elle serait également parfaitement appropriée pour l’éclairage d’une table ou d’un bureau.
Ayant finalisé son projet, Carwardine en a concedé la licence d’exploitation au fabriquant anglais Herbert Terry & Sons, qui lui fournissait déjà les ressorts pour son usine.

Originellement cette lampe devait s’appeler l’Equipoise mais le nom a été rejeté par le bureau des brevets car déjà existant, le nom Anglepoise fut alors retenu.

80 ans d’évolutions

La première version de la lampe Anglepoise, la 1208, produite dès 1934 avec quatre ressorts s’est avérée tellement populaire que deux ans plus tard Herbert Terry & Sons lança une version grand publique d’inspiration art déco, la 1227, plus élégantes avec ses trois niveaux et ses trois ressorts.

Trois ans plus tard Herbert Terry & Sons introduisit une nouvelle version du modèle 1227, avec une base à deux niveaux et un large abat-jour capable de recevoir une ampoule de 40 watts. Ce modèle est resté en production pendant plus de 30 ans et est encore largement considéré comme LE modèle mythique. En 1969 le modèle 75 vit le jour avec une base ronde et un abat-jour cannelée maintenu en place par une boule pivotante. Le modèle Apex 90 de 1989 a amélioré la fabrication du modèle 75 en adoptant un système modulaire d’assemblage pour un montage plus facile.

En 2003, Herbert Terry & Sons a demandé au designer Kenneth Grange de revisiter le modèle original 1227; ce qui donna naissance au modèle type 3.

Le modèle Type 3 en vidéo

L’année suivante Herbert Terry & Sons lui a confié le refonte du modèle 75, ce qu’il fit dans avec l’Anglepoise type 75, une lampe qui conserve encore une grande ressemblance avec le prototype conçu par George Carawardine 70 ans auparavant.

Voici une petite interview de Kenneth Grange à propos de son travail

En 2004 un modèle d’Anglepoise géant fut produit pour le Musée de Roald Dahl. Le succès fut tel que cette version fut mise en production.

anglepoise giant

Pour fêter les 75 ans de la lampe, un timbre fut émit en Angleterre et la lampe y trouva sa place parmi d’autres icônes du design anglais telles que la mini, la cabine téléphonique ou encore le Spitfire.

Une «aura» internationale

En 1936, l’importateur norvégien Jac Jacobsen découvre cette lampe et tombe directement sous le charme. Au point de signer un contrat de licence en 1937 et de commencer à fabriquer des déclinaisons «améliorées» (ça dépend des points de vues ;- ) sous le nom désormais célèbre de «Luxo». La suite fait partie de l’histoire…

Je ne sais pas si nous pouvons considérer George Carawardine comme un designer stricto sensu, car son apport au monde du design reste limité, mais ce qui est sûr, c’est que son invention révolutionna totalement ce monde…

Vous pouvez vous procurer tous les modèles de cette superbe lampe directement sur le site du fabriquant: www.anglepoise.com

Une partie de cet article est une traduction libre de l’article sur la lampe Anglepoise du site Design Museum