Le designer londonien Arthur Carabott crée une fontaine résistante aux liquides, qui amène l’eau à se déplacer de manière très inhabituelle.

Carabott a appliqué un revêtement superhydrophobe à une série de surface fines en acrylique découpées au laser et assemblées pour obtenir cet effet de dispersion pour le moins original.

Les surfaces dites « superhydrophobe » – ou « ultrahydrophobe » –  sont définies par leur extrême résistance à l’eau, comme celle des feuilles de lotus par exemple. Lorsque l’eau entre en contact avec ce type de matériau, les gouttelettes se resserrent de sorte qu’elles apparaissent presque sphérique.


 

arthur-carabott-superhydrophobic-fountain-water-product-design_dezeen_936_0

arthur-carabott-superhydrophobic-fountain-water-product-design_dezeen_936_8


 

Carabott a découvert que le revêtement rend le déplacement de l’eau encore plus rapide et que le liquide peut s’écouler en flux anormalement étroits.Une partie des surfaces de la fontaine restent non traitées à titre de comparaison.

L’eau s’écoule d’un bec verseur réalisé grâce à l’impression 3D sur la surface presque horizontale de la fontaine, qui recueille les grosses gouttelettes, avant de finir sa course le long du support.


 

arthur-carabott-superhydrophobic-fountain-water-product-design_dezeen_936_5


 

« La fontaine crée la surprise en jouant avec nos idées reçues sur le déplacement de l’eau « , a déclaré Carabott. « La fontaine est inspirée des travaux du mathématicien japonais spécialiste des illusions d’optique Kokichi Sugihara. » a-t-il ajouté.

Le revêtement superhydrophobe innovant utilisé par le designer crée une couche nanoscopique sur les surfaces existantes, repoussant ainsi l’eau et la saleté.


arthur-carabott-superhydrophobic-fountain-water-product-design_dezeen_936_7


 

Carabott a conçu cette fontaine superhydrophobes au cours d’un atelier 3D enseigné par l’architecte Jay Levy au Pratt Institute de New York plus tôt cette année. Le designer avait déjà travaillé pour le studio Asif Khan ou encore Coca-Cola pour les jeux Olympiques de Londres en 2012.

 

En attendant la commercialisation à grande échelle de ce petit bijoux technologique, rendez-vous sur le site du designer pour jeter un coup d’oeil à ses créations surprenantes !

 

Source : Dezeen