On a tous chez nous des chaises pliantes qui prennent la poussière, de la place et qui, si elles ne sont pas cachées au fond d’un placard, viennent polluer visuellement notre intérieur, calées contre un mur ou glissées entre deux meubles…

En plus d’être laid, ce n’est pas très Feng Shui, me direz-vous….

Voici une alternative intéressante avec le modèle de chaise pliante «Étiquette» créé par le jeune designer canadien Félix Guyon pour le collectif La Firme.

Cette chaise pliante, dont le premier modèle a été développé pour les Rencontres Internationales du Documentaire de Montréal (RIDM), peut être personnalisée à la demande. Entièrement faite de merisier russe et d’acier inoxydable, elle ne mesure que 25 mm, une fois repliée.

Ce qui est intéressant dans ce concept, c’est que cet objet ne ressemble absolument pas à une chaise lorsqu’il est replié, il est en effet inspiré d’un vieux modèle d’étiquette.

Pratique et beau se retrouvent pour notre plus grand plaisir dans ce modèle original présentant un petit coté «vintage» bien dans l’air du temps.

Cette chaise nous rappelle le projet de folding chair créé par Christian Désile qui a gagné le prix « Coup de Coeur» au salon maison et objet de paris en 2009.

La firme

LA FIRME est un collectif canadien né de la rencontre d’artistes, de designers et d’entrepreneurs pour qui la réussite d’un projet se mesure au raffinement technique autant qu’esthétique.
«Nous croyons que la qualité d’un espace réside dans l’intégration et la cohérence de ses divers éléments : de l’efficacité énergétique aux couleurs en passant par les meubles, les matières, la lumière autant que la mécanique ou l’ergonomie ».
Le choix des matières, comme celui des fournisseurs, s’établit selon des critères écologiques, économiques, humains.
Le site interent de la firme: http://lafirme.ca/

Felix Guyon

Ce jeune designer vient d’une famille créative des rives du St-Laurent au Québec. La voile, la nature sauvage, l’art, le design, l’architecture et les voyages ont forgé son univers.
Il a étudié en design industriel à l’Université de Montréal.

via: Mocoloco